Le 14.01.2016, s’est tenue une assemblée générale des chefs de corps des zones de police locale suivie d’une assemblée générale de la Commission Permanente de la Police Locale.

Le Ministre de la Sécurité et de l’Intérieur s’est exprimé pendant cette réunion et a entendu les problèmes qui existent entre la CPPL d’un côté et la Police fédérale et le Ministre d’autre part.

Le Ministre a présenté une série d’engagements et reconnaît l’importance de la Commission permanente comme organe d’avis.

Monsieur Jean-Marie Brabant a remis son mandat comme Président et comme membre à la disposition du Ministre. Monsieur Marc Hellinckx a également démissionné comme premier Vice-Président de la Commission Permanente. Les membres de l’assemblée générale les ont remerciés pour leur engagement et dévouement.

Avec le Vice-Président Marc Garin pour la Région wallonne et Nicholas Paelinck ,le nouveau Vice-Président pour la Région flamande, Guido Van Wymersch a pris la présidence de la Commission, en attendant l’élection d’un nouveau président.

Les membres de la Commission Permanente réagissent positivement aux réponses fournies par le Ministre et les voient comme un nouveau départ pour une communication efficiente et une bonne collaboration.

 

Une assemblée générale extraordinaire de la Commission Permanente de la Police Locale s'est tenue ce 17.12.2015

Le Président a fait état de son entretien avec le Ministre de la Sécurité et de l'Intérieur en présence des membres du Cabinet.

L'Assemblée Générale tient à souligner le rôle prépondérant joué par la police locale et sa contribution dans la sécurisation du pays.

L'Assemblée Générale doit déplorer actuellement une absence de prise en considération des attentes de la CPPL (Mémorandum remis en début d'année (http://www.policelocale.be/portal/fr/docmanfr/cat_view/95-rapports-cppl-.html) , dossier organisation et financement remis fin juillet, ...) ce qui traduit un manque d’attention pour l'ensemble de la police locale qui représente 75% de la police intégrée.

L'Assemblée Générale de la Commission Permanente de la Police Locale attend maintenant, de la part du Ministre, des réponses et des engagements clairs et fermes et surtout en ce qui concerne les moyens financiers nécessaires pour garantir le fonctionnement de l'organe légal représentatif des polices locales, qu'est la Commission Permanente de la Police Locale.

Sans ces moyens, l'équilibre de l'organisation policière est mis en danger.

Afin de permettre au Ministre d'apporter une réponse le 14 janvier 2016, la Commission Permanente de la Police Locale rappelle les questions qu’elle a déjà formulées à de multiples reprises, à savoir une réponse:

  •     aux différentes questions reprises dans le mémorandum
  •     à la manière dont la représentativité de la CPPL sera organisée à partir de 2017
  •     concernant le fonctionnement de la CPPL vis-à-vis des autorités fédérales, des entités fédérées et la police fédérale
  •     Concernant les moyens financiers qui seront mis à disposition de la CPPL pour garantir son fonctionnement
    •     Dossier ICT et mailing
    •     Dossier des 400 millions consacrés à la lutte contre le terrorisme pour lequel la police locale n'a pas été consultée.

Enfin, la Commission Permanente de la Police Locale entend être traitée de manière responsable dans tous les forums où elle apporte sa contribution. (Comité de Coordination de la police intégrée, plateforme de travail ICT, ...)

Ce manque de prise en considération actuelle de la réalité locale se remarque dans plusieurs dossiers. Ce qui est inacceptable pour la police locale. Nous citons :

A la demande du Ministre, et dans l'attente de réponses concrètes du Ministre le 14 janvier 2016, le Président et le premier Vice-Président tiennent leur démission en suspens.

 

Communiqué de presse : la campagne BOB de fin d’année 2015

La Police Locale soutient plus que jamais la campagne BOB de fin d’année.

En dépit des nombreux efforts de la police, la conduite sous influence reste l’une des principales causes des accidents de la route.

Outre l’aspect quantitatif, nous accorderons au cours de cette campagne une attention particulière aux indicateurs qualitatifs.

Pour ce périlleux exercice d’équilibre entre la qualité et la quantité, nous avons, dans un premier temps, recherché une réponse aux questions suivantes :

Pouvons-nous trop contrôler ? Non.

Pouvons-nous mieux contrôler ? Oui.

Dans le cadre d’une excellente fonction de police et d’une gestion d’entreprise optimale, nous nous sommes basés sur les critères objectifs suivants, à savoir le pourcentage de contrôles positifs lors de la campagne BOB 2014-2015 et le nombre d’accidents de la route dus à l’alcool en 2014. Ces 2 objectifs ont été associés à notre politique de contrôles de la précédente campagne BOB au cours des périodes journée/nuit de semaine et journée/nuit de week-end.

Cet exercice nous apprend que 34,8% des accidents de la circulation liés à l’alcool (soit la plus grande part) se produisent pendant la semaine en journée. C’est pourquoi, l’organisation de contrôles alcool durant la semaine en journée est vraiment nécessaire. Peut-être que 55,1% de l’effectif policier peuvent être répartis plus efficacement ?

Le pourcentage le plus élevé de conducteurs positifs (6,48%) est observé la semaine pendant la nuit. Au cours de cette période, 15,5% des accidents de la circulation sont dus à l’alcool. Néanmoins, seuls 3,7% de nos contrôles alcool ont lieu à ce moment-là.

Pour ce qui concerne la semaine en journée, les chiffres sont plus équilibrés : 21,4% de contrôles, 22,6% d’accidents de la route et seulement 1,82% de conducteurs positifs.

19,8% de nos contrôles alcool se tiennent les nuits de week-end. Au cours de cette période, 27,1% des accidents de la route sont dus à l’alcool et 4,58% des conducteurs contrôlés sont positifs. Contrairement aux propos souvent alarmants tenus dans ce cadre, une légère adaptation s’impose mais il n’y a rien de problématique.

Hormis le côté qualitatif, nous proposons aussi des recommandations sur le plan quantitatif. Nous souhaitons avoir davantage recours aux pré-tests lors du fonctionnement régulier et contrôler automatiquement chaque conducteur lors d’une collision.

Ce principe (principe botsen = blazen) est considéré comme une bonne pratique.

La Commission Permanente a transmis cette nouvelle analyse à chaque chef de corps. La direction DRI de la police fédérale a envoyé les données nécessaires jusqu’au niveau de chaque zone de police. Nous sommes convaincus que le travail sur mesure fonctionnera mieux.

A l’issue de la campagne, nous offrons la possibilité de benchmarking pour les zones de police.

La Commission Permanente souhaite à tous une excellente fin d’année en toute sécurité.

Au nom de la Commission Permanente de la Police Locale

 

 

 

Si les dirigeants de la police connaissent bien la Commission Permanente de la Police locale (en abrégé CPPL), il n’en va pas de même pour l’ensemble des collaborateurs et en ce qui concerne les citoyens; ils ignorent tout de notre structure. La présentation ci après s’impose donc.

 

La Commission Permanente de la Police locale est le seul organe représentatif légal au niveau fédéral de et pour les services de la police locale. Comme chaque chef de corps représente son corps, la CPPL représente, au niveau administratif, les 187 zones de police de Belgique. Elle n’est pas une association syndicale ou corporatiste et ne défend aucun intérêt individuel. La CPPL est encore moins un service d’ombudsman ou un bureau de plainte. Elle fournit des avis d’appui aux autorités politiques ou judiciaires et est garante de la concertation étroite au plus haut niveau avec la police fédérale qui est l’autre composant de la police intégrée en Belgique.

La Commission Permanente compte, à côté d’un certain nombre d’observateurs, 16 chefs de corps de la police locale, équitablement répartis selon le régime linguistique, les régions, les provinces et la catégorie des zones de Police. Ils ont été élus par leurs 179 collègues. Tant leur légitimité que la représentativité de la CPPL ne souffrent dès lors d’aucune critique.

Le site web est le moyen de communication contemporain indispensable entre la CPPL, son secrétariat et les dirigeants de tous les corps de police locaux. Information politique, avis et points de vue doivent pouvoir être échangés rapidement.  Afin de davantage rencontrer le besoin d’informations et d’assurer rapidement le suivi des travaux de la CPPL, un résumé du compte rendu de la réunion mensuelle sera consultable une semaine après la tenue de celle-ci.  Le compte rendu exhaustif sera ensuite communiqué.

Certains aspects requièrent une relative discrétion ou ont un caractère confidentiel; ceci explique le pourquoi du login et du mot de passe.  

Cet outil destiné à nous faire connaître et à vous informer est perfectible, nous en sommes conscients et nous nous engageons à le faire.  N’hésitez donc pas à nous communiquer vos attentes, vos critiques ou vos suggestions.

Avec mes salutations distinguées,

Jean-Marie BRABANT
Chef de Corps de la Zone de Police 5343 Montgomery
Président de la Commission Permanente de la Police Locale